De la science-fiction à la réalité

  • by Razvan Prejbeanu
  • Posted in Innovation
  • February 17, 2016
  • 1716 views
  • 0 comments
De la science-fiction à la réalité

Alors que Sience&Vie publiait un numéro spécial innovations possibles du 21e siècle en 2000, les biotech et nanotech ont fait un un grand chemin depuis les projections avancées dans ce magazine. A tel point que certaines lubies de futurologues exposées en 2000 sont proches de la réalité. Gros plan sur 2 innovations proches ou supposées exister coïncidant de manière fortuite ou orchestrée avec ce qu’on appelle dans presse alternative « la divulgation partielle », dont le plus récent exemple est la nouvelle saison de la série culte Aux Frontières du Réel (X-Files).

Intel Pentium ? Non Ununpentium

Est-ce une coïncidence si le premier épisode de la toute nouvelle saison d’Aux Frontières du Réel, en avant première outre-Atlantique sur Fox 5, en couverture de l’hebdomadaire TV8 de cette semaine, et « prévue début 2016 » sur M6, parle entre autres de l’ununpentium, l’élément 115 de la table périodique des éléments ?

Cet élément fait partie des 4 nouveaux découverts ces dernières années mais validés seulement en décembre par l’Union internationale de chimie pure et appliquée (IUPAC). L’ununpentium est utilisé dans les programmes aéronautiques et spatiaux allant du public au top secret. Pas si secret que cela si la chaîne Fox, un des 6 mastodontes US des médias, autorise une « divulgation partielle » à travers une série blockbuster comme X-Files qui a rassemblé de 1993 à 2002 des dizaines de millions de téléspectateurs, sans compter les 2 films aux cinéma (dont le 2e fut un navet je vous l’accorde).

Scène à méditer de cette nouvelles saison : sur un vaisseau nouvel génération, le tombeur de la série Californication et ex-agent spécial du FBI dans X-Files est amené dans un lieu secret où des initiés lui montrent un avion-vaisseau furtif sorte de mix entre le F117 (Guerre Irak Bush père) et le B2 (guerre Irak Bush fils) nouvelle génération. Il est, excusez du peu, doté de l’antigravité et de l’invisibilité entre autres.

    • L’agent spécial Mulder : « anti-gratity works drive but how ? »
    • Un des scientifiques : « ununpentium »

Rajoutant de l’eau au moulin, la ravissante et toujours tirée à 4 épingles dans la série (loin du désabusement style négligé de Mulder compréhensible après avoir couru en vain après les petits hommes verts), Gillian Anderson, qui explique dans le très sérieux Inquisitr que l’administration Bush n’a pas permis d’éveiller les conscience après les Patriot Act de 2001 car les gens avaient peur de s’exprimer et que par conséquent elle laisse les téléspectateurs se demander si certaines avancées de la science notamment en termes d’énergie propre et libre ne nous sont pas délibérément cachées pour éviter un crash des majors du pétrole (voir plus bas et un de mes articles précédents ici).

D’ailleurs le scientifique le dit, toujours dans la même scène en parlant de l’avion-vaisseau « it’s working on toroidal energy, simply put the zero-point energy : the energy of the universe »

Mulder dubitatif : « free energy ? »

Le scientifique : « no fuel, no flame, no combustion […] just the electromagnetic field »

Mulder d’un air encore plus désabusé dégoûté par l’industrie du pétrole « pendant que l’industrie pétrolière faisait des trillions… ».

Le replicator (rien à voir avec le Terminator®)

Toujours dans le même numéro anniversaire de Science&Vie, on y parlait d’une sorte d’avancée de la nanotechnologie qui permettrait comme le montre la photo de commander des objets simples et des plats touts faits fabriqués par la nanotechnologie : il suffit de rentrer le code moléculaire du plat que l’on veut manger : genre steak frites, et à la manière d’un micro-onde, le « replicator » vous fabrique un steak frites à partir de la matière brute. Donc plus besoin d’abattre des veaux et bœufs ni de cultiver des patates. C’est dans un sens dans la lignée des imprimantes 3D mais au niveau nanotechnologique.

Pour l’instant difficile de dissocier l’info de l’intox, car les seuls pouvant s’exprimer sur le sujet sont les membres des programmes spatiaux « officieux », comme Corey Goode qui aurait servi 20 ans dans les forces spéciales spatiales US. A surveiller de près car à la vitesse ou la « divulgation partielle » suit son cours – d’abord avec le soutien planétaire à Edward Snowden, et maintenant l’ONU qui juge la séquestration du patron de Wikileaks illégale – le vent commence à souffler en faveur d’un «huge data dump » comme disent les Américains.

Comments